Mot Précédent mot précédentmot suivant Mot Suivant

Fiche détaillée du mot : بئسما
Graphie arabe :
بِئْسَمَا
Décomposition grammaticale du mot :
Radical : Verbe / Temps : Accompli 3ème personne du masculin singulier Radical : Pronom relatif (Mot : maâ)
Décomposition :     [ بِئْسَ ] + [ مَا ] 
Prononciation :   bi'çama
Racine :بأس
Lemme :بِئْسَ
Signification générale / traduction :   "Misérable est ce que
Principe actif / Sens verbal de la racine :
s'appauvrir, être misérable, pauvre, embrasser
cliquez ici
Dictionnaire de la racine du mot :
Afficher/Masquer la définition

Occurences de ce mot dans le Coran :
Afficher/Masquer les occurences :

Occurences de la racine ce mot dans le Coran :
Afficher/Masquer les occurences



CI DESSOUS LES VERSETS OU CE MOT APPARAIT SOUS CETTE FORME PRECISE : بئسما
290 بئسما اشتروا به أنفسهم أن يكفروا بما أنزل الله بغيا أن ينزل الله من فضله على من يشاء من عباده فباءو بغضب على غضب وللكفرين عذاب مهين
2 : 90 Combien est misérable ce contre quoi ils ont marchandé leur âme ! Ils dénient ce que Dieu a fait descendre, indignés que Dieu fasse descendre de Sa Faveur sur qui Il veut parmi Ses serviteurs. Ils ont donc encouru courroux sur courroux. Pour les dénégateurs il y a un châtiment humiliant.
--------------
293 وإذ أخذنا ميثقكم ورفعنا فوقكم الطور خذوا ما ءاتينكم بقوة واسمعوا قالوا سمعنا وعصينا وأشربوا فى قلوبهم العجل بكفرهم قل بئسما يأمركم به إيمنكم إن كنتم مؤمنين
2 : 93 Et quand Nous avons reçu votre engagement et élevé le mont au-dessus de vous : "Prenez avec fermeté ce que Nous vous avons donné, et écoutez". Ils dirent : "Nous avons écouté et nous avons désobéi". Leur cœur était imprégné du veau à cause de leur dénégation. Dis : "Comme est misérable ce que votre foi vous ordonne, si vous êtes croyants".
--------------
7150 ولما رجع موسى إلى قومه غضبن أسفا قال بئسما خلفتمونى من بعدى أعجلتم أمر ربكم وألقى الألوح وأخذ برأس أخيه يجره إليه قال ابنؤم إن القوم استضعفونى وكادوا يقتلوننى فلا تشمت بى الأعداء ولا تجعلنى مع القوم الظلمين
7 : 150 Lorsque Moïse revint vers son peuple, courroucé et affligé, il dit : "Combien est misérable ce par quoi vous m'avez remplacé, après mon départ ! Avez-vous voulu hâter le décret de votre Seigneur ?" Il jeta les tablettes, saisit son frère par la tête, et le tira à lui. Il dit :"Fils de ma mère, le peuple m'a opprimé et m'a presque tué. Ne procure pas aux ennemis une joie maligne à cause de moi et ne me laisse pas avec les gens injustes".
--------------